Version imprimableVersion imprimableEnvoyer à un amiEnvoyer à un ami

Vous avez le droit de quitter le domicile conjugal à tout moment pour vous mettre à l’abri. Si vous sentez que la tension monte, vous pouvez partir sans attendre les coups.

Réfugiez-vous chez des voisin-e-s, des ami-e-s, dans votre famille ou demandez-leur d’intervenir pour vous protéger.

Appelez la police
Tél.117 ou le poste de votre quartier.

Protection de la police
  • si vous êtes victime (ou témoin) d’actes de violence, appelez la police, par le 117, pour demander du secours immédiat. Cette centrale répond 24h sur 24h ;
  • si l’intervention immédiate de la police n’est pas nécessaire, vous pouvez porter plainte, en vous présentant dans un poste de gendarmerie ou dans les locaux de la police judiciaire, ou encore en écrivant au Procureur général ;
  • toute autre personne peut signaler les faits de la même manière ;
  • il est essentiel de réagir rapidement : plus le temps passe, plus les preuves disparaissent et les souvenirs se dissipent ;
  • si vous le souhaitez, faites vous accompagner d’une personne de confiance lorsque vous êtes entendue par la police (voir "La plainte").


Prenez contact avec les différents organismes susceptibles de vous aider ou notez leurs adresses pour les avoir au moment utile.
(voir adresses utiles)
Ils sauront vous renseigner et vous aider.

Protégez vos avoirs :
bloquez votre compte bancaire, annuler la procuration au bénéfice de votre partenaire, ouvrez un compte personnel.

Vous pouvez aussi :

  • parler à un-e voisin-e, lui demander d’appeler la police dès les premiers éclats de violence;
  • préparer un sac avec des affaires personnelles pour vous et vos enfants ainsi que des papiers importants (voir "Préparer son départ") et un peu d’argent pour pouvoir partir rapidement en cas d’urgence;
  • rassembler tous les documents utiles (bail, déclaration d’impôts, certificat de salaire, documents d’assurance maladie, etc.) pour établir la situation financière du couple; déposer aussi des copies en lieu sûr;
  • établir un maximum de contacts, garder le lien avec votre famille, vos ami-e-s, sortir de l’isolement dans lequel vous êtes maintenue;
  • expliquer à vos enfants comment ils peuvent se mettre à l’abri (par exemple en allant chez des voisin-e-s).

Faites établir un constat médical chaque fois que vous êtes maltraitée.

Soyez particulièrement vigilante si vous avez l’intention de prendre de la distance, de mettre des limites ou de partir.

Protégez vos enfants
Si vous songez à quitter le domicile, il n’est pas toujours possible de les préparer, notamment s’ils risquent de divulguer vos projets. Mais il est important de les aider, dans la mesure du possible, à affronter les bouleversements à venir.

Importance du constat médical

Si vous venez de subir des violences physiques ou sexuelles, faites-vous examiner, de préférence le jour même ou le plus rapidement possible, par un-e médecin (à défaut vous pouvez le faire tant que subsistent des marques corporelles).
Demandez-lui d’établir un constat médical détaillé, décrivant toutes les traces et lésions laissées par l’agression, y compris les conséquences psychiques (choc, angoisse, insomnie, etc).
Cela vous permettra de conserver une preuve qui pourra vous être utile ultérieurement.

Gardez le constat original ailleurs que chez vous. Confiez-le, par exemple à des amis ou encore laissez-le chez votre médecin.

Si votre caisse-maladie ne rembourse pas le constat et que vous consultez le Centre LAVI, vous pouvez lui en demander la prise en charge.

En cas de marques, hématomes, etc., il est conseillé de faire des photos (au besoin dans un photomaton), toujours dans le but de conserver des preuves. Si les photos sont datées, c’est encore préférable.