Les différentes formes de violence conjugale

Version imprimableVersion imprimableEnvoyer à un amiEnvoyer à un ami

Au début, la violence est toujours difficile à reconnaître. La femme n’arrive pas à mettre un nom sur ce qui lui arrive ou bien elle trouve des excuses aux actes de son partenaire (stress, alcool, histoire personnelle…).

Quelle que soit la raison invoquée, le recours à la violence est injustifiable.

Vous êtes victime de violence psychologique si, par exemple, votre partenaire ou ex-partenaire :

  • vous insulte
  • vous humilie
  • vous menace
  • détruit vos effets personnels
  • vous empêche de sortir seule
  • vous empêche de voir vos ami-e-s ou vos parents et vous isole
  • vous harcèle continuellement.

Certains de ces comportements sont interdits par la loi.

Vous êtes victime de violence économique si, par exemple, votre partenaire ou ex-partenaire :

  • vous place de force dans une situation économique précaire en refusant de participer selon ses ressources aux dépenses du ménage
  • s’approprie votre argent sans votre consentement.

Ces comportements sont interdits par la loi.

Vous êtes victime de violence physique si, par exemple, votre partenaire ou ex-partenaire :

  • vous pousse brutalement
  • vous gifle
  • vous donne des coups de poing ou des coups de pied
  • vous mord
  • vous brûle
  • vous blesse avec un couteau ou une arme.

Ces actes sont interdits par la loi.

Vous êtes victime de violence sexuelle si, par exemple, votre partenaire ou ex-partenaire :

  • vous viole
  • vous contraint, d’une manière ou d’une autre, à des actes ou des contacts sexuels que vous ne souhaitez pas.

Le viol et la contrainte sexuelle dans le couple, marié ou non marié mais vivant en ménage commun ou encore séparé ou divorcé depuis moins d’un an, sont poursuivis d’office. Il en va de même pour les violences psychiques et physiques (lésions corporelles simples, menaces) et les voies de fait réitérées lorsqu’elles sont commises dans le couple.

Ces violences s’accompagnent habituellement d’une attitude générale de contrôle et de domination.

Vous vous dites peut-être que la violence dans le couple est un problème privé qui n’intéresse personne et que vous devez garder pour vous. Or, il s’agit d’infractions à la loi que vous avez le droit de dénoncer.
Et si vous n’en parlez pas, la violence va continuer !

Vous pouvez obtenir de l’aide. Des services sont là pour vous écouter, vous conseiller et, si vous en avez besoin:
- vous héberger

- vous apporter une aide financière
- vous fournir une aide juridique.
(Voir adresses utiles).